naked.city.vogue.fr

Weegee’s Naked City

Arthur Fellig, dit Weegee, photographe ukrainien immigré aux États-Unis au début du XXème siècle, s’est fait connaitre pour ses clichés des bas-fonds de New York, qu’il arpentait de nuit, appareil photo en main, de scènes de crimes en cabarets érotiques. Publié pour la première fois en 1945 et tout juste réédité, Weegee’s Naked City réunit des dizaines de clichés pris entre les dernières heures de la nuit et les premières heures du jour : des amants sur la plage, des gens observant une scène de meurtre depuis leurs fenêtres, le service de Pâques dans une église de Harlem… avec le style cru qui l’a rendu célèbre. Une oeuvre fondatrice dans l’histoire du photojournalisme.
Weegee’s Naked City, éditions Damiani, 292 pages, 36 €

vogue.fr

Weegee’s Naked City

Arthur Fellig, known as Weegee, a Ukrainian photographer who immigrated to the United States at the start of the 20th century, became known for his shots of the New York shallows, which he surveyed at night, camera in hand, scenes from crimes in erotic cabarets. First published in 1945 and just reissued, Weegee’s Naked City brings together dozens of shots taken between the last hours of the night and the early hours of the day: lovers on the beach, people watching a murder scene from their windows, Easter service in a Harlem church… with the vintage style that made it famous. A founding work in the history of photojournalism.
Weegee’s Naked City, éditions Damiani, 292 pages, 36 €

vogue.fr via google translate

Comments are closed.

%d bloggers like this: